Comme expliqué dans mon article sur le fonctionnement du permis moto, cet examen se décompose en deux parties : le plateau et la conduite en circulation. Lors de l’évaluation du plateau, tu seras amener à tirer au hasard une des douze fiches moto que tu auras, évidemment, apprises par cœur au préalable (après le Code, c’est dur de s’y remettre je l’admets). Cet article résume en quelques lignes les points les plus importants de la fiche moto n°1. Lis attentivement ce qui suit et prends note de l’essentiel !

 

Thématique

La première fiche moto à connaître concerne les risques routiers liés à la moto ainsi que le comportement à adopter en cas d’accident.

 

Ce qu’il faut retenir :

Le risque routier en moto

Même si les motards représentent moins de 2% des usagers de la route, ils comptent pour 20% des tués (et impliqués dans 1/4 des accidents corporels). Il faut noter que 70% des accidents mortels ont lieu avec des motos de grosse cylindrée (c’est-à-dire supérieure à 125cm3). Malgré une baisse de la mortalité en deux-roues ces dernières années cette baisse n’a pas été équivalente à celle connue par les automobilistes (25% contre 50%).

A savoir aussi : les motards se tuent seuls, 2 cas sur 3 en rase campagne (mauvaise appréciation de virage), accidents mortels sur route sèche et par beau temps (pour 90%), 1 tué sur 5 a moins de 25 ans.

Les accidents mortels en moto

La moto est souvent utilisée aux belles périodes. En effet, on évite l’été pour ne pas se transformer en un corps moite et dégoulinant, alliant chevelure collée et arrières odeurs de boîte de thon premier prix. Dans la même logique, on évite souvent de rouler l’hiver pour éviter de voir ses doigts rester collés aux poignées en arrivant (des doigts ça peut servir). Du coup, il y a de longues périodes où la moto reste au garage et pendant lesquelles toi, conductrice en herbe, tu perds l’habitude de la conduite (ok, c’est comme le vélo ça ne s’oublie pas, mais quand même…le risque pris n’est pas tout à fait identique). On parle d’expérience de la moto après des milliers de kilomètres seulement, et sur une période courte : Pépé qui draguait les minettes à vingt ans sur son Solex ou sa Motobécane 88 n’aurait pas les mêmes capacités aujourd’hui s’il reprenait après des années sans conduire. Au temps s’ajoute aussi le fait de devoir s’adapter sur chaque moto que l’on conduira dans sa vie : chacune d’elles aura des spécificités de conduite qui lui sont propres.

Gravité

A moto, non seulement on a tendance à tourner un peu trop la poignée d’accélérateur (oups, pas fait exprès…) mais en plus la bécane n’offre aucune protection. Du coup, en cas d’accident, les dommages corporels subis par les motards sont souvent beaucoup plus graves : tête (traumatismes), membre inférieurs (parfois amputation), colonne vertébrale (paraplégie ou tétraplégie).

Comportement en cas d’accident

Des 3 mots d’ordres tu te souviendras : P.A.S pour Protéger, Alerter et Secourir.

Protéger = le lieu d’accident >> signaler l’accident avec un triangle si on en a un, sinon porter un gilet rétro-réfléchissant et éclairer l’accident avec ses phares.

Alerter = prévenir les secours >> composer le 112 ou utiliser l’application mobile SOS Autoroute.

Secourir = s’occuper des victimes >> si on en a les compétences, intervenir physiquement; sinon, rassurer et couvrir les blessés (la non-assistance est punie de 5 ans de prison et de 75 000€ d’amende).

Les 7 points essentiels

  • Un motard a 20x plus de risques d’être tué qu’un automobiliste pour la même distance parcourue ;
    • Mot-clé : vulnérabilité
  • Le risque d’accident mortel est le plus fort dans les 6 mois qui suivent l’obtention du permis ou la reprise de la moto après un long arrêt ;
    • Mot-clé : inexpérience
  • A chaque accident, le risque de dommage corporel existe car la moto ne possède aucune protection (le motard est la carrosserie) ; pour savoir s’équiper, rends-toi sur mon article consacré à l’équipement idéal de la motarde (sage) ;
    • Mot-clé : fragilité
  • Lorsque l’accident de moto n’a pas été mortel, les lésions engendrées (fréquentes) peuvent être très lourdes (tête, membres inférieurs, colonne vertébrale) ;
    • Mot-clé : dommages corporels
  • En cas d’accident, les gestes essentiels : Protéger – Alerter – Secourir
    • Mot-clé : sauver
  • En cas d’accident, le délit de fuite peut entraîner une peine de 3 ans de prison et 75 000€ d’amende (adieu la belle maison dans les Cyclades… et l’estime de soi !) ;
    • Mot-clé : responsabilité
  • Pour aider un blessé, on ne lui donne jamais à boire et on laisse son casque en place (l’enlever pourrait provoquer des blessures encore plus graves sans le diagnostic préalable d’un médecin) ;
    • Mot-clé : agir intelligemment

 

Les 7 points essentiels sont à noter encore et encore sur une feuille jusqu’à ce qu’ils soient connus par cœur.

Tu connais la fiche n°1 sur le bout des gants ? Direction la fiche n°2 !

Bonne chance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *