bol-d-or-2017-castellet

Les 15, 16 et 17 septembre derniers a eu lieu la 81ème édition d’une mythique course de moto sur piste : Le Bol d’Or.

J’ai eu la chance de pouvoir assister à l’événement sur la journée du samedi. Aussi, voici un petit article pour vous raconter en quoi consiste cette course et si elle vaut le détour…

Le Bol d’Or : qu’est-ce que c’est ?

affiche-événément-bol d'or

Les 24 heures du Mans tu connais ? Et bien c’est à peu près la même chose mais sur deux roues. Pendant 24 heures, 60 équipages de pilotes internationaux se relaient sur un circuit d’environ 6 kilomètres, alternant lignes droites à perte de vue et virages plus ou moins serrés, pour le plus grand bonheur des 65 000 spectateurs passionnés. Après avoir eu lieu sur plusieurs circuits autour de la capitale, le Bol d’Or s’est installé dans le Sud-Est, au circuit Paul Ricard du Castellet (il est quand même beaucoup moins probable qu’il pleuve ici !).

localisation-castellet-paul-ricard bol d'or

Il faut aussi savoir que le Bol d’Or est la première épreuve du Championnat du Monde FIM EWC (promu par la Fédération Internationale de Motocyclisme et Eurosport Events).

Tu te demandes certainement pourquoi ce nom de Bol d’Or ? En fait, cet intitulé provient d’une course mythique de cyclisme, créée en 1894 par le journal Paris-Pédale, et dont la récompense était tout simplement un « bol » en bronze, remis par l’entreprise chocolatière Meunier (non, la coupe n’était pas comestible, dommage !). Sont alors apparus par la suite le Bol d’Or automobile puis le Bol d’Or motocycliste.

Côté pratique

Dans les faits, le Bol d’Or ouvre ses portes au grand public sur 3 journées, chacune comportant son lot de courses et d’animations. Il faut savoir que l’événement ne consiste pas uniquement à la course du Bol d’Or. On retrouve aussi deux autres courses que sont le Bol d’Or classique et le Bol d’Argent. 

Le Bol d’Or Classique est une course de motos anciennes qui a lieu sur deux journées. S’affrontent deux catégories de motos : les modèles commercialisés entre 1960 et 1983 et les modèles de 1984 à 1991.

logo-bol d'or-classique

Le Bol d’Argent quant à lui, est une course un peu différente puisqu’y concourent durant 3 heures d’épreuve en duo, des pilotes amateurs au guidon de motos roadsters.

logo-bol-d-argent

Pour le planning, voici comment ça se passe :

          Le jeudi est consacré aux essais qualificatifs 1 de chacune des 3 courses ;

          Le vendredi est consacré aux essais qualificatifs 2 de chacune des 3 courses, jusqu’à 12h30. A 13h15 démarre alors la course du Bol d’Argent. C’est à 20h30 que démarre ensuite la première manche du Bol d’Or Classique (durée : 2 heures) ;

          Le samedi, la deuxième manche du Bol d’Or Classique débute à 10h35 et se termine 2 heures plus tard. C’est enfin à 15h00 que démarre la grande course mythique, le Bol d’Or. Nous voilà partis pour 24 heures de « vroouum vroouum » (plutôt « niiiang niiiang » d’ailleurs), jusqu’à 15h00 le dimanche.

Que sont les essais qualificatifs ? Pour faire simple, ce sont des petites courses où chaque pilote doit faire son meilleur temps sur une distance déterminée. En fonction du temps des pilotes lors des essais qualificatifs 1 et 2, chaque équipage sera placé sur la grille de départ. En gros, plus les pilotes carburent aux essais, mieux ils seront placés sur la ligne de départ.

Le départ de la course du Bol d’Or

Ce qui est assez drôle dans cette course, c’est que le départ se fait debout, loin des motos ! Oui, oui, les pilotes, à l’annonce du départ, doivent courir jusqu’à leur bécane, l’enfourcher sans se casser la figure et démarrer en trombe pour grappiller quelques places sur ceux qui auraient davantage traîné le pas sur la course à pied (quelques mètres évidemment, on ne leur demande pas un marathon en combinaison intégrale tout cuir !).

Ensuite, c’est parti pour des tours et des tours de circuit, sur 24 heures (j’espère qu’ils ont pris de la lecture ou un peu de musique, car ça va être long !), en relai avec les autres pilotes de l’équipage.

Attention les yeux et les oreilles : il faut se rendre compte de la vitesse des pilotes pendant la course : si les virages sont déjà impressionnants, on comprend qu’en lignes droites, les conducteurs ont le poignet à 45 degrés, pouvant atteindre des vitesses de plus de 300 km/h !

Bol-d-or-pilotes-hommes bol-d-or-course-pilote-blanc

On se place où pendant la course ?

Pour ma part, j’ai marché un peu pour aller à l’autre bout du circuit, dans le virage de la Sainte-Baume. Du coup, la visibilité était bien meilleure et nous ne nous marchions pas dessus.

C’est d’ailleurs plus intéressant, à mon avis, de voir les pilotes en virage qu’en ligne droite car c’est la partie la plus technique.

emplacement-virage-sainte-baume bol d'or

La bonne surprise du Bol d’Or : l’arrivée des femmes

bol d'or-2017-femme-pilote

Depuis 1938, les équipages sont mixtes ! Attention, pas d’emballement pour autant, la parité n’est pas encore au goût du jour. Mais c’est déjà un bon début. Sur les plusieurs centaines de pilotes du Bol d’Or 2017, on a pu croiser… 1% de femmes (surmotivées !). On espère qu’une équipe 100% féminine sera de la partie l’année prochaine !

Il faut souligner que cette année, Lucy Glöckner, une jeune pilote allemande de 27 ans, a marqué la fin de la course en bataillant dur comme fer jusqu’à la dernière minute, contre un dinosaure de la discipline, Sébastien Gimbert (3 fois vainqueur du Bol d’Or) pour s’imposer à la 3ème place. Finalement, après une lutte acharnée, elle termine 4ème, au pied du podium donc. Peu importe, elle a brillamment démontré que les femmes ont aussi leur place dans les sports mécaniques : et ça, c’est une belle victoire !

mini-moto-125-bol d'or
Enfin une moto à ma taille !

Ce que j’ai aimé au Bol d’Or

Tout d’abord, la beauté du lieu. Le circuit Paul Ricard, situé au Castellet, à environ 45 minutes de Marseille, est entouré d’une nature vierge splendide, avec en toile de fond, le massif de la Sainte-Baume.  

paul-ricard-sainte-baume paysage-circuit-paul-ricard

Ensuite, ce qui est sympa c’est de voir tout cet enthousiasme, la gaieté des spectateurs (plus ou moins sobres d’ailleurs) et l’animation autour du Village du Bol d’Or. En effet, tout au long de la journée on peut se balader dans un tas de stands où s’exposent de belles bécanes (à vendre bien sûr) et des accessoires de motos en tous genres (à vendre bien sûr). Mais il y a aussi des groupes de musique, une fête foraine et des shows de jet skis (huuum… pourquoi pas.).

vieilles-moto-bol-dor anciennes-moto-bol-dor bol-d-or-concours-custom bol-d-or-custom-concours stands-bol-d-or-2017

Évidemment, le départ de la Course ainsi que la course en elle-même sont vraiment impressionnants. La vitesse des pilotes et leur capacité à faire frotter leur genou au sol dans les virages sont incroyables.

Enfin, savoir que des femmes concourent et les chercher du regard lors des passages de pilotes, c’est quand même chouette !

Ce que j’ai moins aimé au Bol d’Or

Il faut s’attendre à voir une belle communauté de passionnés, tous joliment vêtus de casquettes, qu’ils aient 10 ou 65 ans, de marques haut de gamme de la beaufitude. Les personnes là-bas, absolument gagas de la dite course, viennent parfois de très loin pour passer 2 ou 3 jours sur place, plantant la tente et amenant leurs 30 litres de bières quotidiens par personne. Un milieu un peu spécial, donc.

Pour ta pause déjeuner, ne t’attends pas à de la haute gastronomie. Tu auras le choix entre burger et frites, frites et burger. Je te conseille donc d’apporter ton pique-nique. Cela t’évitera la queue interminable pour une barquette de frites à 5€ ou un Américan à 12€ suintant de gras.

Enfin, je trouve qu’une fois le tour du Village fait, on tourne un peu en rond. A part si on vient en groupe de 10 personnes et que l’on joue aux cartes ou que l’on boit un coup (en continu toute la journée), la course en elle-même est assez répétitive. On regarde un tour, deux, dix, vingt, et on se lasse légèrement.

Alors, on y va ou pas ?

Si tu es une mordue de moto de piste, que tu aimes sentir l’odeur du caoutchouc brûlé et prendre des gaz d’échappement plein les nasos, alors oui, fonce au Bol d’Or ! C’est une expérience sympa à faire en famille ou entre amis, si tout le monde est à fond derrière cette discipline.

Si tu es un peu moins fana, je pense qu’au vu du prix d’entrée, cela ne vaut pas la peine de faire le déplacement. En effet, il faut tout de même compter 69€ pour le premier prix (valable les 3 jours si on le souhaite, sans emplacement pour planter la tente), auxquels il faut ajouter 15€ de parking pour une voiture et la nourriture du midi (vraiment hors de prix !). A voir, donc, si on est prête à mettre tout cet argent dans cet événement.

Si toutefois tu choisis d’y aller, je te conseille d’arriver très tôt car la file d’attente pour entrer sur les parkings peut durer des heures. Aussi, il est sûrement préférable d’y aller en moto, car le parking est gratuit pour les deux-roues et tu peux remonter la file de voitures sans crispation (et narguer tout le monde).

 

Voilà, tu as eu mon avis sur le Bol d’Or. N’hésite pas à partager également ton ressenti sur cette course mythique si tu as eu l’occasion d’y assister ou souhaites t’y rendre.

Tout cela t’a donné envie de passer ton permis moto ? Retrouves tous mes conseils et mes fiches pour obtenir au plus vite le fameux papier. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *